Du bon usage du GRADING I : Présentation générale de la discipline de la Graduation

Aujourd'hui pour ce troisième article "Coin des Monnaies", nous allons voir la notion de "Grading" (à traduire par Gradation ou Graduation) ; il s'agit de l'évaluation de l'état de conservation d'une monnaie.

Pour ce premier article sur un thème aussi pointu que la graduation, il s'agira d'explorer essentiellement l'aspect général de la discipline. D'autres articles à venir concerneront des aspects plus pointus.

Et c'est parti ;)

Présentation

Pourquoi la graduation ?
Faire acte de graduation signifie assigner à une monnaie un grade pour estimer son état de conservation. Cet état de conservation est, très souvent, indispensable pour déterminer ensuite la rareté et la valeur de ladite monnaie. En effet, une monnaie peut être très commune en état faible et des plus rares en hauts états.
Cependant, la précision à donner au grade pour obtenir une valeur précise dépendra aussi du type de monnaie : par exemple, pour des monnaies d'or dont la valeur n'excède pas celui du cours du métal contenu, ce travail s'avère peu utile. Même remarque pour les monnaies dont la valeur d'un grade à l'autre n'est pas significativement différente. Graduer de manière précise ne peut s'avérer pertinent que pour des monnaies bien précises...
Nous allons voir plus loin dans l'article quelles sont les dénominations (peu précises) et les grades (plus précis) qui existent et attribuables à une monnaie...

Quand la graduation est nécessaire, il convient de ne pas négliger cette partie du travail. Elle fait partie intégrante du travail d'analyse et d'estimation d'une monnaie. Si elle est mal exécutée, c'est toute l'analyse effectuée qui est tronquée et qui peut être remise en question !

Histoire :
La graduation existe depuis toujours en Numismatique. Elle a cependant bien évolué dans le temps et selon les pays.
Le pays qui a le plus développé la discipline du Grading sont les États-Unis d'Amérique. Les dénominations actuelles (Fine, Very Fine ...) existent depuis la seconde partie du XIXème siècle.
En 1948, William Sheldon, numismate américain, créée deux échelles, une liée à la rareté générale d'une monnaie et l'autre à son grade. Cette dernière hiérarchise les états de conservation sur une note allant de 1 à 70. Chaque nombre correspond à une dénomination (par exemple, 12 correspond à Fine). Il est à noter que tous les nombres de 1 à 70 ne correspondent pas à un grade et ne sont pas reconnus. Nous allons y revenir.
Cette échelle de Sheldon est aujourd'hui largement employé en Numismatique dans le Monde. Ainsi les correspondances entre les différentes dénominations selon les pays sont établies... Mais, pour des raisons historiques et culturelles, tout n'est pas aussi simple...

La Théorie

Introduction :
Nous venons de le voir, grader une monnaie est un travail méticuleux et qui requiert de la rigueur. Un mauvais travail dés la graduation et c'est toute une expertise qui est plombée.
Il est aussi important de rappeler que l'attribution d'un grade reste un travail personnel, à l'appréciation du gradueur, et c'est pour cela que les spécialistes de la discipline ne gradent jamais seul une monnaie mais le font à plusieurs (3 en général). C'est le cas par exemple chez les entreprises de grading les plus imposantes : un seul avis ne suffit pas.
De fait, l'acte de graduer une monnaie est compliqué, on peut le considérer comme un métier à part entière... Néanmoins, pour la plupart des monnaies et des acteurs du secteur Numismate (Collectionneurs et Professionnel), il s'agira d'obtenir une fourchette plus ou moins précise du grade réel.

Code (non exhaustif) du gradueur
Tout gradueur doit suivre au moins ces trois points avant de commencer son travail :
1. L'impartialité : beaucoup... pour ne pas dire la quasi-totalité, des acteurs estiment différemment une monnaie qu'ils mettent en vente ou qu'ils veulent acheter. En clair, ils vont "saquer" (volontairement ou non) une pièce à acheter pour revoir le prix à la baisse et au contraire gonfler le grade de la monnaie qu'ils vendent. C'est une pratique très courante en France (un peu moins en Amérique du Nord). Combien de fois voyez-vous une pièce en TB nettoyée affichée en SUP ? Ou pire, une pièce que vous avez vendue pour du TB affichée en SUP un mois plus tard ? Quand on grade une monnaie, on le fait de manière IMPARTIALE, sinon, on ne grade pas une monnaie.
2. L'objectivité : soyez objectif, la monnaie peut vous plaire ou vous déplaire, ne saquez pas ou ne gonflez pas son grade pour autant.
3. La compétence : et oui, comme je le disais, graduer est un métier. S'il s'agit de définir seulement un TB d'un TTB, les professionnels numismates DOIVENT savoir le faire en respectant les deux premiers points cités... mais s'il s'agit d'attribuer un SUP 62 au lieu d'un SPL 63, l'affaire sera bien moins aisée... Il faudra donc se trouver vers des organismes compétents en la matière. Nous allons y venir...
Hélas, la graduation en France reste encore assez nouvelle et bien que des efforts ont été faits au cours des vingt dernières années, avec l'importation par exemple de l'échelle de Sheldon appuyée par l'entreprise CGB, il reste énormément à faire pour ne plus voir des grades scandaleux sur les plateaux de nos chers Numismates, professionnels ou non.

La Pratique : L'Échelle de Sheldon

Rappel :
L'échelle de Sheldon a été créée en 1948 par William Sheldon, Numismate Américain. Elle attribue une note, de 1 à 70, 70 étant une monnaie parfaite et 1 une monnaie tout juste identifiable.
Elle obéit aux règles suivantes :
1. Tous les nombres entre 1 et 70 ne sont pas valides ! En effet, certains n'existent pas et ne sont pas reconnus.
2. Cette échelle ne tient pas compte de certaines altérations graves de la monnaie, comme un trou, un nettoyage, un plat sur la tranche...
3. Les correspondances des dénominations entre les états de conservations ne sont pas gravées dans le marbre ! Certains défauts majeurs non considérés par l'échelle de Sheldon sont, dans d'autres pays que les États-Unis, considérés comme plus ou moins grave et suceptibles de plus ou moins altérer un état dans un autre pays.

Les grades et leurs correspondances admises (France, États-Unis / Canada, Angleterre) :

Grade FR US GB Description Une morgan graduée
1 Usée PO - Monnaie identifiable, très usée.
2 Usée FA / FR - Monnaie identifiable, très usée.
3 AB AG - Monnaie identifiable, très usée.
4 B- G - Monnaie identifiable, très usée, les légendes et l'ensemble est plus facilement visible.
6 AB G - Monnaie identifiable, très usée, les légendes et l'ensemble est plus facilement visible.
8 B- VG G Les formes générales de la monnaies sont bien identifiables, très usée.
10 B VG G Toutes les inscriptions sont LISIBLES en B. Il s'agit de la définition du B en France!
12 B F G Identique à 12, avec davantage de relief.
15 B+ F - VF F L'ensemble du design et des inscriptions apparaît nettement, les plus petits détails demeurent absents.
20 TB VF F La pièce doit présenter du relief en TB : passez doucement votre ongle sur ses reliefs, ça doit "accrocher".
25 TB VF F Identique à 20, avec davantage de relief.
30 TB+ VF F Les premiers détails apparaissent, pas partout, tels que les nervures dans les feuilles, les cheveux...
35 TB+ VF F Identique à 30 avec davantage de détails...
40 TTB EF / XF VF En TTB, la quasi-totalité des plus gros détails sont bien visibles, la pièce est agréable à l'oeil.
45 TTB EF / XF VF Identique à 40, avec moins d'usure...
50 TTB+ AU EF Monnaie très agréable à regarder, avec des traces de circulations faibles concentrés sur les détails les plus hauts.
53 TTB+ AU EF Un peu moins d'usure que pour 50.
55 SUP AU EF Les traces d'usures sont concentrées aux points les plus élevés de la monnaie (joue par exemple).
58 SUP AU EF L'état le plus haut qu'une monnaie ayant circulé peut théoriquement atteindre. Usures dues à la circulation infimes !
60
61
62
SUP MS / PF / SP Unc Le "bas de gamme" dans ce qui n'a pas circulé. L'usure n'est pas due à la circulation, puisque ces monnaies n'ont pas circulées, elle est due à la manutention (présence de chocs, de plats...). Veuillez noter qu'une frappe hors circulation ne peut théoriquement pas avoir de grade inférieur à 60...
63
64
SPL MS / PF / SP Unc La "gamme moyenne" dans ce qui n'a pas circulé. Les chocs et les dégâts dus à la manutentions sont plus rares...
65
66
67
68
69
70
FDC MS / PF / SP Unc Dégâts très faibles sur la monnaie. Veuillez noter que notre FDC français concentre 6 grades différents ! Plus que n'importe quel autre dénomination... Par mal pour un état supposé parfait !

Comme vous le remarquez, les grades 5, 7, 9, 11, 13, 14, 16, 17, 18, 19, 21, 22, 23, 24, 26, 27, 28, 29, 31, 32, 33, 34, 36, 37, 38, 39, 41, 42, 43, 44, 46, 47, 48, 49, 51, 52, 54, 56, 57 et 59 n'existent pas dans l'échelle de Sheldon. Ils ne sont pas reconnus, mais ils pourraient très bien être utilisés par des variantes de cette échelle... Pour le moment, aucune entreprise de graduation ne semble proposer ces grades alternatifs.

Lors de la graduation, ne sont pas pris en compte :
- Le nettoyage : une monnaie nettoyée se verra assigné un grade si le nettoyage reste mineur, sinon simplement la dénomination de l'état. Exemple : EF-45 cleaned, ou EF-genuine (Extra-Fine authentique).
- Un trou ou une soudure : il sera simplement ajouté la mention adéquate.
- Un plat sur la tranche (Aux États-Unis surtout) : dans ce pays, les plats sont peu pris en compte dans la graduation...
- Chocs / Griffes / Frottements : la mention adéquate sera ajoutée...
Pour tous ces cas, le grade indiqué correspond à celui qu'aurait la monnaie sans ces défauts, et la mention du défaut est ajoutée. Bien entendu, sa valeur ne sera pas celle du grade mais il faudra lui appliquer une solide décôte.

Enfin, l'attribution d'un grade précis n'est pas forcément nécessaire quand :
- La monnaie ne présente pas de grandes variations de valeur entre deux grades proches, c'est tout de même le cas de 90% des monnaies modernes...
- La monnaie n'a pas de meilleure valeur que celle de son poids métallique sauf dans des grades très supérieurs...
- La monnaie n'a pas de meilleure valeur que celle de son cours (devise) sauf dans des grades très supérieurs...
Dans tous les cas précédents, une évaluation rapide de son état, limité à une dénomination, suffira. Cette évaluation requiert bien moins de travail qu'une évaluation précise.

L'attribution du grade précis est essentiel quand :
- Le grade à attribuer est supérieur ou égal à 65, pour quasiment toutes les monnaies, refrappes et contemporaines comprises.
- La valeur d'un grade à l'autre présente une forte variation de valeur. C'est le cas par exemple des monnaies américaines, australiennes ou chinoises.
- Ou quand tout simplement vous voulez avoir un grade précis à donner à votre monnaie ;)

Conclusion

Graduer n'est pas simple; si la plupart des professionnels sont capables de déterminer un état de conservation par dénomination (B, TB, TTB, SUP...), l'attribution d'un grade réel doit le plus souvent être le résultat du travail d'un spécialiste en graduation.
Lors d'un prochain article "Coin des Monnaies", nous parlerons dans le détail de ces spécialistes et des entreprises qui occupent du marché de la graduation...

Sources

Page wikipedia de l'échelle de Sheldon (en anglais) : https://en.wikipedia.org/wiki/Sheldon_coin_grading_scale
Description des grades chez NGC (en anglais) : https://www.ngccoin.com/coin-grading/grading-scale/

Images diverses : Heritage Auctions et Wikipedia.

Pays
Régimes
Regimes
Types
Millésimes